Espace Anciens de l'Amicale Polytech Nice Sophia

Espace Anciens de l'Amicale Polytech Nice Sophia

Posté par contributeur
20 janvier 2017

La rentrée de la vingtième promotion du Master IMAFA a donné lieu à des festivités les 3 et 4 novembre 2016, en marge du Sophia Forum.

20 ans IMAFA

Table ronde à l'occasion des 20 ans du Master IMAFA

Ces journées ont été l’occasion de revenir sur ces 20 années et, pour certains anciens IMAFA, de présenter leur parcours à la nouvelle génération. Les photos prises au cours de cet événement peuvent être trouvées ici.

Journée du 3 Novembre

Présentation des projets de fin d’études

La journée du 3 novembre a démarré avec les présentations des sujets des projets de fin d’études aux élèves de la promotion 2017 par des professionnels (bien souvent anciens élèves IMAFA), des membres du corps enseignant et une délégation de la CECAZ qui proposait le challenge Digital Academy.

Cette présentation s’est faite en présence d’une délégation d’étudiants du Master IMAFA délocalisés à Tunis dans l’école d’ingénieurs ESPRIT et de trois enseignants de cette école : le Pr. Mohamed Jaoua, les Docteurs Kaouthar Louati et Mourad Zerai.

Table ronde « IMAFA 20 ans Après »

Après un repas pris en commun et une visite des stands du Sophia Forum les participants ont assisté à une table ronde retraçant les moments forts de la formation IMAFA, animée par le Dr Anne-Marie HUGUES responsable de cette formation depuis sa création. La table ronde réunissait les Professeurs Jean Paul Rigault ancien directeur de l’ESSI (École Supérieure en Sciences Informatiques) Denis Talay (directeur de recherche à l’INRIA et Directeur du Projet OMEGA lors de la création d’IMAFA), Didier Auroux (Directeur du département MAM – Mathématiques Appliquées et Modélisation de Polytech Nice Sophia ) et Mohamed Jaoua (ancien Directeur du Département MAM de Polytech et représentant l’école d’ingénieurs ESPRIT de Tunis avec qui un partenariat a été développé. On notait dans l’assistance Le Professeur Pierre Bernhard qui était Directeur de l’INRIA à l’époque où IMAFA a été créé.

Créé en 1997, le Diplôme Universitaire IMAFA (Informatique et Mathématiques Appliquées à la Finance et l’Assurance) a pour ambition de former des informaticiens à la parfaite maîtrise des concepts et outils mathématiques utilisés pour la conception et la réalisation de systèmes d’information financiers et bancaires. Un an plus tard, le DU se transformait en DESS (Diplôme d’Etudes Supérieures Spécialisées) IMAFA de l’UNS et devenait la Filière IMAFA de l’ESSI accueillant 13 étudiants la première année. Par la suite les promotions ont régulièrement tourné autour de 20 à 25 élèves que l’industrie du logiciel financier absorbe dès la sortie de l’école.

En 2002, après la réforme LMD, le DESS IMAFA devient le Master 2 IMAFA et 3 ans plus tard, la filière IMAFA de l’ESSI devient un parcours disponible aux étudiants des départements SI et MAM de Polytech’ Nice Sophia (créée elle aussi en 2005).

En 2008, l’apprentissage fait son entrée dans le Master 2 IMAFA. Depuis sa mise en place, il y a en moyenne 4 apprentis par année. Koris et La Caisse d’Epargne Cote d’Azur en sont des partenaires privilégiés.

En 2011 le Master IMAFA a été délocalisé à Tunis dans l’Ecole d’ingénieur ESPRIT, offrant le double diplôme aux élèves de l’option INFINI. L’effectif de la filière IMAFA tourne depuis cette date entre 40 et 50 élèves par an.

Le professeur Jean Christophe BOISSE   Vice Président de L’UNS délégué à l’Insertion Professionnelle, représentant Madame le Professeur Frédérique Vidal, Présidente de l’Université de Nice Sophia Antipolis   a ensuite  présenté des statistiques sur l’insertion professionnelle des élèves de la filière IMAFA. Ces élèves ne mettent pas plus de 3 mois à trouver un premier emploi, leur salaire est parmi les plus élevés des étudiants de Master de l’UNS. Sur les presque 500 anciens élèves IMAFA, environ 20 % exercent à l’étranger dans plus d’une trentaine de pays. Peu sont devenus entrepreneurs, la plupart exercent dans des banques ou chez des éditeurs de logiciels financiers.

Visite du sophia Forum

Remise du prix Caisse d’épargne à Narjess Nouira, élève du Master IMAFA promotion 2017, issue de l’école d’ingénieurs ESPRIT, par Monsieur Jean Pierre Daeden, en présence du professeur JC Boisse.

Après cette cérémonie, les conférences de la fin d’après midi reprennent.


JP Daeden CECAZ

JP Daeden (CECAZ) : Utilisation des outils de BI (Business Intelligence) dans le cadre du pilotage commercial d’une Banque à Réseaux.

Lors de cette conférence présentée par M. Jean Pierre Daeden nous avons pu découvrir les outils BI développés par les banques à Réseaux (ici principalement par le groupe Caisse d’Epargne Côte d’Azur, CECAZ). A noter qu’une banque à réseaux est une banque ayant des agences bancaires. Le groupe CECAZ est un groupe leader sur le marché financier (avec plus de 36 millions de clients et 8.8 millions de clients sociétaires) qui, courant 2015, a déployé une nouvelle solution de Business Intelligence permettant de visualiser, en interne, les informations globales concernant sa situation. M.Jean Pierre Daeden a présenté de nombreuses solutions nouvelles en mettant en avant les défis qu’il fallait relever. En terme de sécurité par exemple, il a fallu collaborer avec les Responsables Sécurité dans le Secteur Informatique, les RSSI, pour permettre une protection optimale des données.


M. Benguigui

Dr Mickael Benguigui (ActivEon) Valorisation d’options américaines et Value At Risk de portefeuille sur cluster de GPUs/CPUs hétérogène

Mickael Benguigui (IMAFA promotion 2010) est venu présenter sa thèse, soutenue en août 2015 à l’INRIA sous la direction du Professeur Françoise Baude. Le but de sa recherche était d’optimiser les calculs informatiques d’algorithmes financiers spécifiques. S’appuyant sur les travaux précédents de J.Picazo, le Dr Benguigui a cherché à utiliser les Graphics Processing Unit, GPU, meilleurs pour les calculs simultanés que les traditionnelles Central Processing Unit, CPU, afin d’accélérer l’obtention de résultats des méthodes de J.Picazo.

Les performances alors obtenues avec un seul GPU sont comparables à celles d’un ensemble de 64 CPU travaillant ensemble. L’exemple pris était la valorisation d’une option américaine répartie sur 40 actifs

Pour plus de détails sur la thèse de Dr. Benguigui son support de thèse est disponible ici au format pdf.


Noel Amenc

Noël Amenc, Professeur de finance à l’EDHEC et CEO ERI Scientific Beta  a ensuite évoqué dans sa conférence la conjonction de l’informatique et de la finance : une révolution en gestion d’actifs, la naissance de la formation IMAFA lorque CEO de SIP il s’est tourné vers l’ESSI et l’INRIA pour former les informaticiens dont sa société, éditeur du logiciel financier Appolo aujourd’hui commercialisés par ATOS, avait besoin pour se développer. Il a ensuite balayé les vingt dernières années évoquant les liens étroits qui unissent informatique et finance.

La journée s’est terminée par un repas chaleureux réunissant anciens et nouveaux élèves, membres de l’amicale, enseignants chercheurs et professionnels de la finance et de l’informatique.

Journée du 4 Novembre

Nous n’avons pu assister aux conférences du matin dont les supports sont fournis ici.


Maxime Bonelli

Thèse de Maxime Bonelli : Prédictibilité des retours sur investissements, est-elle toujours présente ?

Maxime Bonelli (IMAFA promotion 2013) a soutenu sa thèse en septembre 2016 à l’UNS. Elle a été effectuée à l’INRIA au sein de l’équipe TOSCA sous la direction du Dr. Mireille Bossy et a été financée par Koris International par le biais d’une bourse CIFRE. Maxime est aujourd’hui directeur de la recherche chez Koris International.

Dans l’application de modèles mathématiques sur les marchés financiers, il nous semble impossible d’observer les résultats espérés par les calculs. Et c’est de cette possibilité de prédire le comportement des marchés que Maxime Bonelli nous a parlé.

On sait que les marchés se comportent différemment en fonction des situations économiques, ainsi différents modèles sont applicables.

Néanmoins à partir des données financières récoltées depuis plusieurs dizaines d’années, on observe que les marchés se comportent de façon moins prédictible au cours du temps en dehors de ces grands mouvements prévisibles pendant des événements financiers spécifiques, comme les crises.


Marius Akre

Marius Akre : Actuariat de la théorie à la pratique

L’actuariat, la science de l’estimation des risques dans le contexte financier, est au cœur du fonctionnement  des assurances telles que nous les connaissons. Lors de sa conférence, Marius Akre (IMAFA promotion 2010) a présenté l’implication pratique de cette science à travers l’utilisation du site d’un assureur présentant un devis à partir de quelques données (comme l’âge, le lieu de résidence, le bien à assurer etc).  Cela permettait de mettre en lumière la simplification des mécanismes de l’actuariat proposée par de telles interfaces pour un utilisateur lambda.

Derrière cette expérience allégée, c’est une lourde théorie qui fonctionne, permettant de croiser les données de l’utilisateur avec les modèles existants (comme la table de mortalité pour l’assurance vie par exemple).
Cette théorie doit être fiable pour que le marché de l’assurance reste stable.

En conclusion

Anne-Marie Hugues, responsable de la formation IMAFA depuis le départ, nous fait par de son ressenti sur ces journées mais aussi sur les 20 promotions qu’elle a dirigées :

« Je tiens ici à remercier tous les collègues enseignants et administratifs, industriels partenaires, anciens élèves et amis qui m’ont soutenue par mail ou sur les réseaux sociaux pendant la préparation de ces journées.  J’adresse mes plus sincères remerciements  à ceux qui ont pris une part active à celles ci en proposant une conférence ou une intervention lors d’une table ronde.  Je remercie également Thomas Falcone et Grégoire Peltier qui ont assuré la rédaction du précédent article, l’amicale des anciens de Polytech qui héberge le présent compte rendu. Un grand merci  à Julien Maureille pour ses patientes recherches en vue de la création du  logo IMAFA.

Que retenir de ces journées? Tout d’abord beaucoup d’émotion à retrouver les anciens élèves et anciens collègues qui nous ont fait le plaisir de se joindre à nous. Des conférences riches d’enseignements , des rencontres fructueuses entre anciens élèves et étudiants actuels qui ont sans doute permis aux jeunes d’y voir un peu plus clair dans l’éventail des postes qui s’offrent à eux à l’issue de leurs études.

Cet anniversaire m’a également permis de faire un bilan sur les vingt promotions de la filière IMAFA, sans vouloir revenir sur ce que j’ai dit lors de la table ronde, il est particulièrement intéressant de voir que nous connaissons la situation actuelle de plus de 60% des 461 anciens élèves. Parmi les anciens dont la situation est connue, 36% exercent à l’étranger, 39% à Paris et 14% dans les Alpes Maritimes. Un très faible pourcentage exerce en France en dehors de Paris et des Alpes Maritimes (7%), enfin très peu d’anciens IMAFA sont devenus entrepreneurs (2%). Ces statistiques s’ajoutent à celles présentées par Jean Christophe Boisse qui a fait un état des lieux 3 ans après l’obtention du diplôme. Je complèterai ces statistiques en faisant une étude précise sur les types d’emplois exercés.

Je quitte cette année la responsabilité d’IMAFA qui est reprise par le Professeur Françoise Baude, je lui souhaite beaucoup de plaisir et de succès dans sa nouvelle fonction, et je souhaite une belle carrière et  une vie personnelle riche  à chacun des élèves de la promotion actuelle. »

Merci à Anne-Marie Hugues pour ce mot de la fin.

N’hésitez pas à consulter l’ensemble des supports des travaux présentées et des photos de ces journées.

Merci à Grégoire Peltier et Thomas Falcone pour avoir réalisé ce compte-rendu.

Poster une réponse

A propos de l'Association

L'Amicale des Anciens de Polytech'Nice-Sophia est une association loi 1901 fondée dans le but de rapprocher les Anciens de Polytech'Nice-Sophia et de ses entités constituantes (ESSI, ESINSA, Magistère de Pharmacologie de Nice) des étudiants actuels de l'Ecole.